epiphany

  • driekoningen, épiphanie, epiphany ...

    L’épiphanie,  les trois Rois Mages qui passent avec des cadeaux … la galette dont il faut choisir le bon morceau avec la fève pour pouvoir porter la couronne et se sentir reine pour un jour.

    Alors chez moi, il y a constamment trois rois magiques. En mini format, j’en conviens, voici mes trois petites souris.

    Pour ce jour spécial de fête, elles se sont prêtées au jeu et j’ai pu les prendre en photos !!

    Donc voici mes trois rois mages  … toute en transparence, jouant avec la lumière sur l’abat-jour.

    mouses1.jpg

    Et effectivement, le gâteau – acheté avant la date … est très très bon et j’ai eu la fève, une belle couronne émaillée – pas très difficile si l’on est seule à la manger, c’est vrai, mais c’est tellement bon, et je n’attends aucune visite, alors … on peut se faire un petit plaisir n’est-ce-pas ?

     Galette (elle n’a que le format 4 personnes) au petit déjeuner le matin, galette l’après-midi avec le café et le restant au petit déjeuner du 6 janvier … il y a des jours comme ça … ooohh ;-).
    Je mangerais un peu plus « maigre » après-demain

    épiphanie.jpg

    Alors que sait-on de l’épiphanie ? 

    Elle n’est pas d’origine purement chrétienne, mais a son fond dans les célébrations païennes de la lumière.

    D’après mon encyclopédie c’est l’apogée du cycle de Noël, qui se trouve être le jour associé au solstice, qui par le fait qu’elle est la nuit la plus longue de l’année, signifie aussi le retour de la lumière. Et la célébration se prolonge durant 12 jours (nombre symbolique … 12 mois, 12 heures, 12 apôtres, 12 dieux olympiens …).
    Donc la fête du solstice prend fin le 6 janvier.
    Là, nous devrions voir que les jours commencent à s’allonger et donc on célèbre l’épiphanie (du mot grec epihaneia = apparition) = la manifestation de la lumière.

    La galette symbolise par sa forme ronde le soleil.
    Notez aussi que c’est ce jour qu’avait lieu la fête des 12 dieux épiphanes (les 12 olympiens) et c’est le christianisme qui s’est coulé dans cette habitude dans le sens symbolique.

    Dans l’église latine cette fête célèbre la visite de l’enfant Jésus par les mages, nommés Gaspard, Melchior et Balthazar. Dans l’église byzantine, la fête commémore le baptême du christ. La fête s’appelle généralement Théophanie et elle est préparée par un jeûne strict la veille (moi je le ferais demain ;-))). Dans l’église arménienne la fête est une des plus grandes de l’année car Noël n’est pas fêté le 25 décembre, mais selon l’usage chrétien ancien, le 6 janvier.

    La pratique de la fève cachée dans une pâtisserie trouverait son origine dans les saturnales de la Rome antique.  Ici en Flandres, on mange une galette à la pâte d’amande (humm que c’est bon !!!).
    Pendant la journée on peut voir des enfants chantant des chansons qui font du porte à porte pour recevoir des friandises. Mais comme la plupart des gens travaillent, il faudrait qu’ils sortent le soir, et à moins d’être du quartier et souvent accompagnés d’un adulte, cette tradition se perd un peu.

    Voilà le petit côté scientifique …

    Bonne fête et bon appétit !

    mouses2.jpg

    mouses3.jpg

     

     

    Pin it! Print comments 4 commentaires